WOOCLAP : Une startup digitale belge

WOOCLAP est une startup digitale belge qui a développé un outil permettant de l’interactivité avec le public lors de conférences, de cours ou de réunions d’équipes.  L’histoire a commencé lorsque Sébastien Lebbe entame un programme à Solvay Entrepreneurs. Son projet : créer, en trois mois, le prototype d’une application. Avec son expérience des cours à l’université encore en tête, il décide de créer une application qui permette aux professeurs d’interagir avec leurs élèves. Olivier Verdin, coach et formateur chez Solvay Entrepreneurs montre beaucoup d’intérêt pour ce projet et leurs discussions les amènent à créer WOOCLAP. Très vite, Jonathan Alzetta rejoint l’équipe en tant que Developer et plusieurs professeurs soulignent l’intérêt que WOOCLAP représente également dans le secteur privé.

En tant que Startupper du monde digital, quels obstacles as-tu rencontrés ?

Sebastien : En premier, je dirais un obstacle qui est le même pour la plupart des startups : c’est qu’au début, les gens sont sceptiques. Quand j’ai eu cette idée, il y a d’abord eu beaucoup de doutes quant à mes chances de succès car certains pensaient que l’audience ne participerait pas ou que cela n’intéresserait pas les conférenciers, mais lorsque j’ai montré le prototype et que mes interlocuteurs ont vu la simplicité de l’outil, cet obstacle a été surmonté.

Il y a aussi les infrastructures qui ne sont pas toujours optimales. Par exemple, le WIFI dans les universités n’est pas toujours fiable ou les élèves n’ont pas tous de smartphone. C’est pour cela que nous avons aussi permis la participation par SMS.

Un autre challenge est de garder WOOCLAP extrêmement simple d’utilisation face aux demandes spécifiques des clients. Il faut évaluer les fonctionnalités demandées et décider ou non de les intégrer. Si nous les intégrons, nous devons nous assurer que l’outil reste facile, compréhensible, et rapide à utiliser. Ce qui est derrière est complexe, mais l’interface de l’utilisateur doit rester extrêmement simple.

Comment expliques-tu le succès rapide de WOOCLAP ?

Nous avons créé un outil extrêmement simple et rapide d’utilisation. Nous nous sommes concentrés sur ces deux éléments et c’est ce qui a permis aux conférenciers, parfois sceptiques au début, d’adopter Wooclap. C’est en l’utilisant et en constatant le taux élevé de participation qu’ils ont été convaincus. Ces conférenciers ont ensuite parlé autour d’eux de cet outil, et ils sont devenus ambassadeurs de Wooclap, attirant l’attention de grands groupes tels que Bridgestone, Deloitte, Microsoft, et Proximus.

Un autre élément qui favorise la croissance de Wooclap est sa visibilité lors d’une conférence et sur les médias sociaux. Nous recevons souvent des demandes après un congrès. A noter aussi que nous recevons plus de demandes internationales que de demandes belges.

Quels sont les éléments clés de réussite pour une startup ?

C’est peut-être un peu tôt pour moi d’en parler, mais ce qui très important c’est d’être bien encadré par des coachs, par exemple avec le Réseau Entreprendre.

Je dirais qu’il faut aussi développer le plus de contacts possibles et créer une équipe très complémentaire pour avoir les différentes compétences en interne. Pour Wooclap, nous avons les compétences au niveau business, informatique et technique, c’est ce qui nous permet d’avancer très vite.

Mais c’est essentiel de ne pas se lancer dans du développement sans avoir le feedback des clients. Il ne faut pas avoir peur d’aller voir le client. Pour Wooclap, nous avons été sur le terrain dès le début et nous avons développé l’outil avec les clients en fonction de leurs demandes. Nous sommes attentifs au feedback au niveau de l’utilisation, des fonctionnalités, et de nouvelles idées. Avant de développer de nouvelles fonctionnalités, nous demandons l’avis de grands managers. Par exemple j’ai déjà rencontré Alain Dehaze (CEO Adecco Group) Jean-Pierre Bizet (former CEO D’Ieteren), et Michel Vestraeten (Expert en Leadership et professeur à Solvay Business School).

En trois mots : Face à la transformation digitale, quelle est l’utilité de WOOCLAP pour une entreprise ?

Réunions d’entreprise :

Nous remarquons que les collaborateurs passent énormément de temps en réunions mais qu’il y a une perte temps et un manque d’efficacité.

Bien souvent, les entreprises n’ont pas de méthode pour créer une bonne réunion et le temps de parole est monopolisé par quelques participants. Ce phénomène s’accentue lorsque le groupe grandit et cela engendre des répercussions aux niveaux des coûts. Il y a un manque d’efficacité et de communication. Les personnes qui ne participent pas à la conversion ont tendance à penser à autre chose et ne sont dès lors pas impliquées  dans les prises de décisions ce qui est souvent source de résistance au changement. Avec WOOCLAP, les managers peuvent recueillir le message des participants de manière anonyme ou encore ouvrir un vote à un moment précis. Nous sommes actuellement en train de développer ces méthodes avec des CEOs afin d’offrir des tutoriels pour créer des réunions efficaces.

Les formations :

Lors des formations, les entreprises peuvent utiliser WOOCLAP en temps réel mais également à l’issue de la formation. En temps réel, WOOCLAP permet d’augmenter l’interactivité entre le formateur et les participants. Une fois la formation achevée, le formateur peut envoyer un quizz aux employés afin d’évaluer la formation ou pour s’assurer que les compétences soient bien acquises.

Les conférences :

En moyenne, l’attention de participants d’une conférence doit être réactivée toute les 10 minutes. Une étude révèle que la plus part des participants à un événement préfèrent avoir des séances de question-réponse plutôt que d’avoir une longue conférence. WOOCLAP crée des sondages et des interactions afin de « réveiller » le public et de recueillir des informations.

Comment vois-tu le futur de WOOCLAP ?

Nous recevons actuellement des demandes quotidiennes des U.S.A, du Canada et de l’Australie. WOOCLAP attire l’attention d’universités américaines. L’expansion internationale de WOOCLAP pour ces projets commencera dans les prochaines semaines via la vente en SAAS : Software As A Service. Ce système permet à n’importe qui d’aller sur le site, comprendre la simplicité de l’outil, payer en ligne et utiliser le service que WOOCLAP apporte. L’objectif est d’avoir un outil utilisable n’importe quand, n’importe où, et sur n’importe quel support (ATAWAD).

Un conseil pour les entrepreneurs de demain ?

Si je peux donner un conseil c’est de demander conseils aux gens qui ont déjà développé des entreprises. Il ne faut pas hésiter à aller voir les managers car beaucoup d’entre eux sont plus disponibles qu’on ne le pense et aiment bien aider les jeunes entrepreneurs.