Le stress : de bonnes résolutions pour s’en débarrasser !

Selon le Bureau international du travail, le nombre de gens stressés aurait doublé en 10 ans dans les pays industrialisés.

Mais de quoi s’agit-il exactement ? D’une manière ou d’une autre, du sentiment d’être débordé, d’avoir perdu le contrôle de la situation.

Rien de particulièrement drôle ou détendu. Autant s’en débarrasser !

Une autre définition du stress

Réfléchissant aux diverses définitions du stress et au lien avec la notion de contrôle de la situation, il m’est venu une autre manière de le définir. Le stress peut aussi être vu comme le produit du ratio suivant :

Ce que l’on se sent obligé d’être, de faire ou d’avoir > < Ce que l’on se sent capable d’être, de faire ou d’avoir

Ainsi, plus une personne se sent obligée d’être, de faire ou d’avoir davantage que ce qu’elle se sent capable d’être, de faire ou d’avoir, plus cette personne sera stressée.

Notons qu’il s’agit bien de ce que la personne « se sent » obligée ou capable d’être, de faire ou d’avoir – à tort ou à raison – et non de ce qu’elle est réellement obligée ou capable d’être, de faire ou d’avoir.

Comment tenir vos résolutions et réussir vos projets en 2017 ?

La nouvelle année 2017 arrive à grand pas et qui dit nouvelle année, dit souvent nouvelles résolutions et prise de conscience de vouloir changer un ou plusieurs domaines dans notre vie.
Pourtant, lorsque nous parlons de nouvelles résolutions, il est clairement plus facile d’en parler, que de s’y mettre ou de s’y tenir plus d’un mois.

Au début nous sommes très motivés mais après cette période d’enthousiasme, la vie reprend son cours et au moment où nous nous y attendons le moins, des événements viennent bousculer nos plans et nos priorités changent.

Comment échouons-nous dans nos résolutions ?

Face à l’inattendu, notre idée reste dans votre tête mais pour parer au plus pressé, nous la reportons. Quand l’urgence s’achève, nous essayons alors de nous y remettre mais l’engouement n’est plus le même. C’est alors que de nombreuses excuses apparaissent.

Notre enthousiasme a alors fait place aux doutes et aux hésitations. La petite voix intérieure remet en question notre idée et nous finissons même par trouver d’autres priorités. Sans vraiment savoir pourquoi, un sentiment de tristesse nous envahi et une petite dose de culpabilité s’installe progressivement.