Pour augmenter la productivité, laissez plus de salariés travailler de chez eux

L’étude : Le professeur d’économie Nicholas Bloom et James Liang, étudiant diplômé qui est également co-fondateur de l’agence de voyages en ligne chinoise Ctrip, ont proposé au personnel volontaire du call center de Ctrip de travailler à domicile pendant neuf mois. La moitié des volontaires ont obtenu l’autorisation detélétravailler, tandis que les autres restaient assignés au bureau comme groupe référent. Au terme de l’étude, les réponses aux questionnaires et le recueil détaillé des performances des uns et des autres ont révélé que les travailleurs à domicile se sentaient plus heureux et plus attachés à l’entreprise que ceux qui allaient au bureau. Et surtout, qu’ils se montraient plus productifs.
Le challenge : Devrions-nous être plus nombreux à travailler en pyjama ? Les performances des employés seraient-elles vraiment meilleures si les entreprises les autorisaient à rester à la maison ?

Et si les Réseaux Sociaux d’Entreprise fonctionnaient un jour ?

Le raisonnement à l’origine du lancement des Réseaux Sociaux d’Entreprise (ou RSE) est séduisant. De manière somme toute caricaturale, il peut se résumer ainsi : dans un contexte de complexité croissante des organisations et du développement massif du mode projet, un RSE doit permettre de gagner en efficacité et de stimuler l’innovation en fluidifiant la transmission d’information et en dépassant les cloisonnements organisationnels ou hiérarchiques. Toutes les démarches menées jusqu’à présent pour favoriser la capitalisation, développer la productivité et impliquer les salariés pourraient ainsi être mises au placard : le réseau social d’entreprise serait en effet la « recette miracle » qui permettrait la nécessaire transformation de l’organisation.

En matière de déploiement, pas plus de questions à se poser : la plupart des salariés étant aussi à titre privé des utilisateurs de réseaux sociaux externes, ils adopteraient de façon naturelle et instinctive le nouvel outil de l’entreprise et partageraient informations et savoir-faire avec leurs collègues comme ils partagent photos, expériences professionnelles ou articles de journaux sur Facebook, LinkedIn ou Twitter.

Réseau Social d’Entreprise – l’intranet nouvelle génération

De plus en plus d’entreprises adoptent les Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE). La complexité de ce type de projet nécessite une réflexion transversale entre les différents services de l’entreprise: Communication, DRH, DSI, etc … Nous allons à travers cet article tenter de comprendre les enjeux de cette tendance qui n’en est peut-être déjà plus une.

Comment ça fonctionne ?

A l’instar de Facebook, chaque utilisateur dispose de sa fiche profil. Cette dernière inclut ses coordonnées dans l’entreprise mais également ses domaines d’expertise et éventuellement son cursus. On retrouve sur les RSE les fonctionnalités sociales traditionnelles: murs d’activité, possibilité d’aimer et de partager des posts, messagerie interne, messagerie instantanée, etc …

Certaines de ces fonctionnalités ont un intérêt bien particulier dans le cadre de l’entreprise :

Les outils collaboratifs en ligne pour l’entreprise

Le partage d’informations et de travaux professionnels sont essentiels à la communication et à la productivité de l’entreprise. Grâce à certains outils sur internet, les collaborateurs peuvent créer, partager et modifier des fichiers de travail (ex : agenda, fichiers word, excel) en temps réel. Ces applications web et mobiles sont simples d’utilisation. Elles permettent notamment d’améliorer la communication interne dans l’entreprise.

Qu’est-ce qu’un outil de travail collaboratif en ligne ?

Un outil ou logiciel collaboratif en ligne permet de partager des fichiers de travail entre les collaborateurs de l’entreprise. Les supports partagés peuvent servir à différentes tâches :

Organisation et suivi d’un planning (agenda partagé)
Suivi budgétaire, organigramme et comptabilité (fichiers Excel)

10 Conseils pour gérer l’e-réputation de votre organisation

Vous êtes vraisemblablement déjà bien sensibilisé à l’importance de votre image sur Internet avec tout ce que vous avez déjà pu attendre sur le sujet. Mais pensez-vous connaître toutes les spécificités de la e-Réputation qui vous permettraient d’intégrer cette nouvelle donne dans votre stratégie de communication ? Voici 10 conseils pour vous aider à mettre en place efficacement la gestion de votre e-Réputation.

1. Assurez votre bien le plus précieux: votre réputation. Ne négligez pas les risques auxquels votre organisation est exposé au travers des médias sociaux (réseaux sociaux, blogs, web forums, sites de vidéos etc …). Votre assurance en e-Réputation peut être une équipe dédiée au sein de votre organisation (très souvent sous la direction de la communication) ou une prestation auprès d’une agence spécialisée à qui vous allez confier la gestion de votre e-Réputation.

Innovation

RSE & Performance : êtes-vous prêt pour le « zéro email » ?

J’écris ce billet depuis la maternité en observant ma fille à peine née, après avoir mis un « out of office » pour la forme car je ne reçois que très peu d’emails. Je me dis aussi que grâce à notre réseau social d’entreprise, à nos processus de social collaboration, mon backup est assuré, la connaissance est stockée non pas dans mon inbox, mais sur la plateforme et chacun a accès à ce à quoi il doit avoir accès. Je conclus finalement en me disant que ma fille ne connaîtra probablement pas les emails tels que nous les connaissons aujourd’hui… « Vieille » technologie, l’email est aujourd’hui source d’un énorme stress et de perte de temps. Mc Kinsey avance le chiffre de 28% de notre temps de travail passé à gérer nos emails, c’est énorme !

Le réseau social d’entreprise (RSE) pour réduire le stress

Revenons à ce retour de vacances, imaginons un instant que l’email ne soit pas votre outil central et que, au lieu d’ouvrir votre inbox, vous consultiez le RSE et prenons quelques exemples.

Médias sociaux : mieux gérer son e-réputation !

Avec des millions de clients à portée de like, le pouvoir des médias sociaux est avéré. Et les risques également. Branding, e-réputation, bad buzz… Une stratégie s’impose.

Être actif sur les réseaux sociaux est devenu un lieu commun pour maintes entreprises et organisations de toute taille. Qu’en est-il des autres : les annonceurs qui n’ont pas encore pris le train, voire, pire encore, qui l’ont manqué ?

Être ou ne pas être sur les médias sociaux ?

La question serait plutôt « pourquoi » ? Pourquoi les uns y sont allés, quels étaient leurs objectifs et les ont-ils remplis ? Pourquoi les autres ont tant tardé au point de se sentir, peut-être, acculés aujourd’hui : par la concurrence, par l’isolement et par le déficit d’image.

Identifions au moins deux bonnes raisons qui justifient un plan de communication sur les réseaux sociaux : la gestion de l’e-réputation et l’acquisition de trafic.